Nicolas Masbourian is a class story of the roller coaster ride of cycling. Last year at the 2014 Tour of The Gila, 70-80 guys in the field had one of the most horrendous crashes in recent times. Nicolas Masbourian was found underneath a pile of bikes. When mechanics on the scene saw him, they began screaming for a medic. He made it out of the wreck with a broken arm, broken jaw, deep lacerations in his face and quads, to name just a few of the injuries. He was out for the rest of the season.  Here is his story.


TOMBER – SE RELEVER

Lorsqu’on fait une chute libre les secondes semblent appartenir à un autre univers. En effet, dans un laps de temps qui permet a peine de cligner des yeux, la personne en chute a le temps de se perdre dans ses pensées et de mettre en perspective la vitesse à laquelle le temps passe.  Par après, il est impossible de se rappeler à quoi on pensait, mais on se rappelle de la longueur d’une seconde.  Gros modo,  c’est le souvenir que j’ai de ma dernière chute.

Cette chute c’était il y a un an à la première étape du tour de Gila.  Le peloton roulait à vive allure alors que nous nous approchions de l’ascension finale lorsqu’un coureur perdit le contrôle de son vélo entrainant la chute de plus de 80 coureurs à 80km/h.  Cette chute fut d’écrite par certains comme l’une des plus grosse de tout les temps.  Des coureurs blessés et des vélos démolis sont éparpillés partout sur la route alors que des soigneurs et mécanos courent à droite et à gauche pour porter assistance.  Silber Pro Cycling n’à pas échappé au carnage alors que la majorité de nos coureurs sont impliqué, incluant moi-même.  En effet,  c’est sous une pile de vélo que notre mécano m’a retrouvé inconscient et en convulsion avec de profondes lacérations au visage.  Quelques minutes, plus tard alors que j’ai repris mes esprits je suis évacué en ambulance jusqu’à un point de rencontre où un hélicoptère me transporteras jusqu’à Tucson en Arizona.  Malgré la gravité de la situation, les bonnes nouvelles commencent à arriver en éliminant les possibles blessures au cou, à la colonne et au cerveau, je dois tout de même être opéré au courant de la nuit pour réparer des fractures à la mâchoire et au bras gauche.

De retour au Québec, je me rends à l’évidence; cette chute marque la fin de ma saison 2014.  Ce qui est difficile à accepter lorsque l’on s’entraine tout l’hivers en prévision de l’été et qu’un accident du genre arrive lors de la première course. En effet, j’ai du prendre le temps de guérir mes blessures sous la supervision de mes médecins et dentistes, mais aussi avec l’aide de Stéphane Lamy et Marie Saulnier de Kinatex Rockland. 

J’ai repris l’entrainement à l’automne 2014 en enchainant les sorties d’endurances, souvent seul, parfois dans la pluie froide caractéristique de cette saison.  Après 6 mois hors du vélo, il y avait beaucoup de travail à faire pour reprendre la forme.  Mon objectif était clair je voulais commencer la saison plus fort que j’étais avant l’accident.  Sous la supervision de Toguri Training, j’ai concilié entrainement et école, et atteint mon objectif sur papier juste à temps pour le début de la saison prévu pour le début du moi d’Avril avec le camps d’entrainement de l’équipe en Californie suivi d’un moi de courses et d’entrainements en Arizona, Arkansas et Nouveau-Mexique.  En effet, ce premier bloc de courses se terminait avec le Tour de Gila, auquel j’avais pris la décision durant l’hivers de participer malgré l’accident de l’an dernier.  Même si j’ai encore des images fraiches de la chute dans la tête, retourner au Nouveau-Mexique ne me stressait pas plus qu’il faut, j’ai cependant enlevé une tone de poids sur mes épaules lorsque j’ai franchis la ligne de la première étape, bouclant enfin la boucle et pouvant passer à autre chose.

De retour au Québec, je tirais un bilan mitigé du premier bloc de compétition, en effet, même si la forme est pas si mal, je souffert du manque de course de l’été passé.  Il fut difficile d’enchainer plusieurs bonnes journées de suite, ce qui a d’ailleurs gâché mon retour au Tour of the Gila tout de suite après la Joe Martin Stage Race, alors que je suis tombé malade et que je dois abandonner à la deuxième étape, une grande déception pour moi. 

_D3X9401

Après avoir pris quelques jours de repos, j’ai orienté mon focus sur la Philadelphia Cycling Classic au mois de Juin. En attendant cette course le calendrier Québécois était au programme, dont le Grand prix de Charlevoix ou j’ai décroché ma première victoire de la saison.  Une victoire très attendue depuis les deux dernières années. 

Je me suis donc dirigé vers Philadelphie avec l’espoir de pouvoir tirer mon épingle du jeu.  Malheureusement, une chute qui semblait sans conséquence à refroidit mes ardeurs, m’obligeant à changer de vélo 2 fois avant de jeter la serviette.  Ma déception était grande étant donné l’emphase que je plaçais sur cette course.

Sans me laisser abattre, je suis retourné à l’entrainement avec les championnats canadiens en point de mire où mes coéquipiers et moi-même tenterons de mettre la main sur les maillots de champion!

Au plaisir de se croiser sur la route

Nicolas

Nicolas Masbourian

Written by Nicolas Masbourian

Nicolas or 'Masbou' has been on the team since the very beginning. He epitomizes selfless team work and is key to our racing success. He represented Canada at the 2016 World Championships in Qatar.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *